Montre classique contre montre connectée : qui gagnera la guerre du poignet ?

montre quart classique contre montre high tech

Avec l’arrivée des montres high tech dans notre société hyperconnectée, on prédisait à la montre classique un sort des plus funestes. La révolution annoncée a t-elle eu lieu ? Le salon suisse Baseworld aurait plutôt tendance à démontrer le contraire et à prédire un avenir toujours aussi radieux aux montres dites traditionnelles.

La montre classique résiste encore et toujours à l’envahisseur numérique

Ouf, la montre en bois n’a pas dit son dernier mot ! Même dans un contexte plus high tech que jamais, la montre classique – qu’elle soit à quartz ou mécanique – est toujours autant prisée par les passionnés d’horlogerie fine et les collectionneurs. Alexandre Meyer, fondateur de la nouvelle marque haut de gamme Phenomenon s’exprime ainsi pour décrire son ressenti sur le clivage entre montres classiques et montres connectées :

Ce défi de faire ça avec quelque chose de mécanique est aussi magique que les défis que certains relèvent avec des écrans ou des aspects plus numériques ou plus connectés. Une belle voiture de collection, sans ABS, sans ESP, sans aide à l’image, peut être aussi merveilleuse qu’une supercar aujourd’hui.

Pourtant des statistiques récentes montre que le géant américain Apple aurait vendu en fin d’année 2017 plus de montres que l’industrie horlogère suisse n’en aurait exportées. Mais là ou certains y verraient un conflit Alexandre Meyer y voit une complémentarité :

Des montres connectées offrent des merveilles de services pour des aviateurs, pour des sportifs. La montre mécanique peut apporter aussi des merveilles de plaisir par ce ballet mécanique. Je n’y vois pas du tout d’opposition mais des partis pris différents, des émotions différentes

Et si la montre classique n’avait finalement rien perdu dans la bataille ? C’est ce que croit également Walter von Kaenel, PDG de Longines à Saint-Imier :

Les stars des montres connectées ont un immense avantage sur les horlogers, c’est leur métier. Et ce métier est caractérisé par une rapidité satanique. Alors que nous, les horlogers, on se concentre sur ce qu’on sait faire, à savoir des montres traditionnelles. Les connectées ont pris un marché supplémentaire au bras, mais nous les horlogers, on n’a rien perdu.

Le savoir-faire traditionnel que renferme une montre classique serait donc toujours autant recherché par les amoureux de mécanismes et ne serait donc pas encore menacé par les affichages numériques et les softwares de poignet finalement encore trop novateurs pour supplanter l’horlogerie traditionnelle. De plus, beaucoup d’horlogers sont convaincus que les montres connectées ont eu le mérite de rappeler au grand public qu’un poignet pouvait accueillir une montre.

Mais les “stars des montres connectées” dont nous parle Alexandre Meyer pourraient bien avoir un nouvel atout dans leur cadran qui en ferait des objets vraiment indispensables. Un avantage que les montres classiques ne seront bien sûr jamais en mesure de proposer…

La crédibilité médicale, l’atout des montres connectées

Si beaucoup de professionnels et fervents défenseurs de l’horlogerie dite traditionnelle ne perçoivent pas encore la montre connectée comme une réelle menace pour le marché, d’autres en revanche comme Peter Stas, CEO de Frederique Constant voient une bonne raison de s’inquiéter. Et pour cause, le gadget high tech d’hier qui recueillait des données sur la santé “relativement” fiables a fait place à un vrai coach médical aussi précis pour mesurer le rythme cardiaque qu’une montre à quartz pour diviser le temps :

Les données recueillies sont désormais très fiables, notamment en ce qui concerne les pulsations cardiaques. Il ne s’agit plus d’un gadget ludique qui compte les pas, ce que fait n’importe quel bracelet intelligent, mais d’un outil médical. En se profilant sur la medtech, Apple vise juste.

Pour rappel, les récentes études menées par Apple sur le moniteur EKG de la troisième génération d’AppleWatch ont été approuvées par la Food and Drug Administration. L’intérêt de cette étude ? Démontrer que l’AppleWatch est un appareil médical à part entière capable d’alerter son porteur en cas d’arythmie par exemple.

Le tsunami annoncé en 2014 est-il vraiment passé ? Dans le cas contraire les grandes marques sauront-elles faire face avec une nouvelle génération de montres de luxe… augmentées ?

Reste l’atout charme ultime auquel encore trop de fabricants semblent vraiment s’intéresser  : l’écologie…