Marche Céleste : la forêt de Fontainebleau sublimée dans une série de clichés fantasmagoriques…

Pour son projet photo Marche Céleste, le photographe Alexis Pichot prend ses distances avec la ville pour s’attaquer à une nature sauvage et y puiser l’inspiration. Armé de son appareil photo et d’un éclairage suffisamment puissant, le photographe est parvenu à sublimer les arbres de la forêt de Fontainebleau en leur apportant une dimension presque sur – naturelle.

La forêt de Fontainebleau comme vous ne l’avez jamais vue

C’est à quelques kilomètres de la capitale, dans la sublime forêt de fontainebleau, que le photographe est venu se ressourcer et trouver son nouveau sujet d’inspiration. Quitte à délaisser le Paris intra-muros, autant en profiter pour se lancer dans un nouveau projet photo ! Exit donc le bitume et le béton. L’artiste a visiblement eu le coup de cœur pour cette flore indomptée puisqu’il y a posé son appareil photo pendant plus d’un an. Son objectif : casser les stéréotypes d’une forêt angoissante et hostile. Le résultat, c’est une série de photos qu’on croirait issues d’une dimension parallèle.

Naturellement fantasmagorique

Il suffit parfois de peu pour irradier la beauté naturelle d’un paysage. Alexis Pichot nous le prouve très clairement avec Marche Céleste. Ses clichés nocturnes sont emprunts d’une telle dimension fantastique, d’une telle poésie qu’elles éclipsent tout sentiment d’insécurité. Le photographe explique que “toutes les images sont réalisées pendant la prise de vue et de nuit”. A ceux qui criaient à photoshop, l’artiste précise que différents outils lumineux ont été placés sur l’instant et que rien n’a été fait en postproduction. C’est donc toute une technique qui a été déployée et qui rappelle “Light & Paper” un autre travail du photographe qui sublimait à l’époque le monde industriel.

Enregistrer

Enregistrer