Les femmes pygmées à la rescousse de la forêt !

femmes et enfants pygmés en forêt au Congo

C’est un vrai travail d’équipe qui est entrain d’être mis en place entre l’ONG Solidarité pour la Promotion de la Femme Autochtone (SPFA) et les femmes pygmées de la République du Congo. Grâce à un programme de financement et à un appui du Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD), ce sont plus de 2000 hectares de forêt situés dans le secteur de Momboyo qui vont pouvoir être régénérés. Et les femmes pygmées vont jouer un rôle décisif dans cette action…

Fédérer pour mieux préserver

La première action de la SPFA dans sa campagne de régénération de la forêt de Momboyo a tout d’abord été de fédérer les peuples autochtones dans ce secteur. Cela représente 2000 personnes maintenant engagées dans une lutte contre la déforestation et l’épuisement des ressources naturelles. Ces dernières sont essentielles pour les populations locales qui dépendent à 100% de la forêt pour survivre. Ce magnifique projet encourage à l’agroforesterie. Concrètement, une partie de la forêt est mise en jachère pendant deux ans. Dans cette partie, la chasse, la pêche, la coupe du bois et la culture des champs y sont interdites pendant cette période. Pour bien matérialiser cette partie protégée de la forêt, les autochtones creuseront une tranchée de 5 mètres de largeur dans laquelle seront plantées toutes sortes de plantes médicinales. Ces derniers devront protéger activement la partie laissée en jachère en dénonçant tous les cas d’intrusions. Au bout de 3 ans, la situation de la forêt sera une nouvelle fois évaluée par des experts de l’environnement.

Faire appel aux femmes pour impliquer les hommes

Si la SPFA a choisi de s’impliquer dans ce grand projet, c’est bien sûr par volonté d’aider les populations locales mais aussi pour réaliser un premier pas vers l’autonomisation des femmes pygmées, trop souvent discriminées et mise à l’écart des peuples indigènes. Régine Mboyo raconte son expérience :

J’ai été discriminée dès l’école. Mes condisciples refusaient de s’assoir à côté de moi … Je ne pouvais pas manger dans la même assiette qu’eux. Dans les villages, les Pygmées travaillent pour les populations bantoues sans accès reconnu à la terre ou aux services de base comme l’éducation ou la santé

En faisant des femmes autochtones de vraies sentinelles de la forêt, la SPFA s’assurent non seulement une aide précieuse (elles apportent des connaissances pour le choix des étangs à préserver, jouent le rôle de gardienne, dénoncent les coupes illégales…) mais cherche aussi à faire évoluer les mentalités. Comme le souligne Régine Mboyo :

Nous avons des opportunités de lutter et réduire sensiblement les stéréotypes sur notre communauté. Nous sommes Congolaises au même titre que les autres et nous devons jouir pleinement des droits garantis par la constitution de notre pays. Au Sud-Kivu, une femme autochtone est ministre provincial. Cela ne choque personne

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer