Des chevaux à la rescousse d’une forêt !

Parce que les forêts, on ne peut pas s’en passer (et pas uniquement pour fabriquer des montres en bois !), il faut parfois user d’astuce pour les préserver. Dans les gorges de la Canche, les autorités ont décidé de parier sur la force équine pour nettoyer un site protégé du Morvan. Depuis fin octobre jusqu’à mi-novembre, le débardage à cheval va permettre de maintenir ce milieu forestier aussi rare qu’inestimable vieux de 5000 ans.

Un équipe de solides chevaux

c1112121270956725

Inutile de préciser que des chevaux de trait ont été réquisitionnés pour accomplir cette mission qui s’annonce éreintante. Les chevaux vont en effet devoir évacuer les résineux plantés dans les années 1960 ce qui représente une charge quotidienne de 500 kilogrammes. Les particularités du terrain et les nombreux obstacles sont autant de contraintes pour l’animal qu’il faut absolument anticiper, précise François Biocalti, président de l’association  Débardage Cheval Environnement. Les chevaux vont littéralement devoir slalomer entre les arbres pour mener à bien leur mission de débuscage.

Un chantier conséquent et coûteux

debardage-cheval-brion

 

Ce sont quelques 4 hectares de résineux qui vont ainsi être retirés du site. Cela représente au bas mot 1000 mètres cube de bois. Tout le bois tracté par les chevaux est acheminé vers une route en contre-bas avant d’être pris en charge par des camions. Ce choix écologique s’explique par le manque de manœuvrabilité des machines modernes en milieu forestier et par les dégâts qu’elles peuvent causer à l’environnement. Bien sûr le débardage par traction animale représente un surcoût : 90 euros le mètre cube contre 17 euros avec une machine. Mais grâce à un contrat Natura 2000, ce surcoût a pu être pris entièrement pris en charge.

 

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA